Fédération de pêche de la  loire

Flux d'actualités

feed-image Fil d'actualités
Fédération de pêche de la Loire
Offre d'automne : la carte "personne majeure" à 50% PDF Imprimer Envoyer

L'offre d'automne est renouvelée à partir du 1er Septembre 2021.

Cette carte de pêche avec remise de 50%, a pour objectif de fidéliser ou de recruter de nouveaux pêcheurs en fin de saison de pêche.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle carte, mais d’une réduction de 50% appliquée sur le montant global de la carte annuelle « Personne majeure ». La carte ainsi délivrée permettra au pêcheur l’accès au loisir pêche dans les mêmes conditions de pratique que la carte concernée, sur la période du 1er septembre au 31 décembre 2021.

 

Cette carte « Personne majeure - Offre d'automne » sera disponible à partir du 1er septembre et jusqu'au 15 décembre 2021 dans les conditions habituelles chez votre "point relai" ou sur le site www.cartedepeche.fr

 

 
Une cagnotte en ligne pour la continuité écologique du Moingt PDF Imprimer Envoyer

L'ancien seuil pour assurer l'alimentation en eau potable de Montbrison a été construit sur le lit du Moingt, sur la commune d'Ecotay-l'Olme .

Ce seuil est abandonné depuis 1980 et pose des problèmes de continuité écologique. La qualité du paysage est également impactée, car il s’agit d’un ouvrage en béton au sein d’une vallée sauvage où la rivière s'écoule entre forêts et pâtures. La Fédération de pêche et de protection des milieux aquatiques du département de la Loire, avec l’accord des propriétaires du seuil, a lancé ce projet de suppression du seuil qui s'inscrit dans sa stratégie de développement durable des cours d'eau naturels, tout en mettant en place un suivi et des actions de restauration des milieux pour assurer la conservation des populations piscicoles.

 
Pêche de la carpe de nuit : la réservation ré-ouverte ! PDF Imprimer Envoyer

 

Chers pêcheurs,

 

Le couvre feu n'est désormais plus en vigueur.

Pour les amateurs de pêche de la carpe de nuit, la Fédération a remis en place le système de réservation préalable et obligatoire des postes de pêche concernant les plans d'eau touristiques suivants : Cornillon, les Colons, Sograma Nouvel étang et Brochets à Andrézieux, La Cotille, Sbeghen Randan et Pacaud à Feurs, Montverdun, ainsi que sur les barrages de la Rive et Soulage. 

 

Celui-ci est disponible ici :

 
Etat d'avancement de l'étude portant sur la caractérisation génétique des populations de truites dans le département de la Loire PDF Imprimer Envoyer
La Fédération de Pêche de la Loire a réalisé une étude visant à caractériser génétiquement les populations de truites du département de la Loire.
Cette étude s'inscrit dans une idée fondamentale que notre association défend depuis de nombreuses années : mieux connaître pour mieux gérer.
 

Vous trouverez ci joint le rapport final de cette étude intégrant également les éléments sur la dynamique des populations

 
Télécharger le rapport de l'étude Génétique
 
Pourquoi réaliser une étude génétique et quel en est l'objectif ?
 
Depuis plus d'un siècle, les activités humaines ont largement modifié l'état de nos cours d'eau (qualité d'eau, barrages, diminution des débits, dégradation des habitats...etc). Ces modifications ont entraîné des déficits de production piscicole (de truites notamment) que les humains ont essayé de "corriger" en déversant massivement des poissons issus d'élevage. Les études menées depuis plusieurs décennies ont démontré que ces déversements n'étaient pas une solution en soi et qu'au contraire, ils posaient souvent des problèmes méconnus jusqu'ici : dérive génétique, risque sanitaire, dégradation des niveaux de populations...etc.
Depuis une quinzaine d'années, on tend donc vers une gestion dite "patrimoniale" qui consiste à préserver les milieux qui fonctionnent encore correctement (c'est à dire les milieux où la truite réalise son cycle biologique complet) et à restaurer en parallèle les milieux perturbés (avec une grande réussite comme le prouvent les exemples du Renaison, de l'Ondaine ou plus récemment du Furan dans le département de la Loire par exemple).
Les populations sauvages sont mieux adaptées aux contraintes du milieu naturel (sécheresses, crues...etc). Les gènes des poissons de pisciculture peuvent modifier ce caractère adaptatif et ainsi fragiliser les populations.
 
L'objectif de cette étude est donc double :
1) identifier le niveau de modification génétique des populations sauvages par les populations introduites ;
2) mettre en place (dans un second temps) des plans de conservation qui interdiront tout apport extérieur de poissons là où les populations présenteront des proportions importantes de gènes de souche sauvage.
 
Concrètement, un petit morceau de nageoire adipeuse est prélevé sur 30 poissons adultes prélevés par la méthode de la "pêche électrique" sur chaque station d'étude (100 stations ont été définies dans le département à savoir 60 sur le versant Atlantique et 40 sur le versant Méditerranéen) puis conservés à des fins d'analyse (INRA) dans des piluliers spéciaux.
 
Chaque poisson est également photographié. Ces photos permettront de réaliser ultérieurement un parralèle entre les gènes des poissons et leurs critères morphologiques. D'ores et déjà, on constate des différences importantes entre les truites pêchées sur les deux bassins versants comme en témoignent les planches photographiques ci-dessous :
 
 
 
Truites du Versant Atlantique :
 

genet2

genet1

genet3

genet4

 

Truites du Versant Méditerranéen :

 

genet5

genet6

genet7

 

 


 
Loi climat, Loi sur l’hydroélectricité : la continuité écologique au second plan PDF Imprimer Envoyer

La presse s’est fait l’écho de récents débats à l’Assemblée Nationale, début avril, à propos de la continuité écologique de nos cours d’eau, dans le cadre des débats relatifs au projet de Loi Climat et résilience.

En effet, les amendements au cœur de ces débats visaient à interdire l’utilisation de fonds publics pour détruire des seuils de moulins.

En parallèle à ces débats, le Sénat a validé un projet de Loi tendant à inscrire l'hydroélectricité au cœur de la transition énergétique, qui porte particulièrement sur les petites centrales hydroélectriques.

 

Les principales conséquences pratiques qui découleraient de ces textes, s’ils étaient adoptés, sont les grandes difficultés pour l’Administration à contraindre un exploitant à détruire son seuil, s’il présente un potentiel en termes d’hydroélectricité, même s’il ne respecte pas les conditions de continuité. Ils pourraient aussi permettre aux ouvrages les moins rentables d’être dispensés de mesures compensatoires dans le cadre de leur remise en service, ces mesures étant jugées « disproportionnée ». Ces raisonnements sont en totale contradiction avec les actions que nous menons aux côtés des structures porteuses des contrats de rivière pour restaurer nos milieux aquatiques.

Si la Loi climat et résilience vient d’être votée par l’Assemblée nationale, ces deux textes doivent encore être examinés au niveau du Sénat pour la Loi climat, et au niveau de l’Assemblée Nationale pout la Loi portant sur la petite hydroélectricité.

Nous venons donc d’alerter les députés et sénateurs de la Loire, et nous serons particulièrement attentifs, comme vous, nous en sommes persuadés, aux idées défendues lors des prochaines campagnes électorales.

 

Ci-dessous, un lien permettant de signer une pétition.

 

https://www.change.org/p/parlementaires-prot%C3%A9geons-les-rivi%C3%A8res-d-une-nouvelle-menace-0cbeed8f-70ac-489c-9dd3-a57263b669ef

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 3 sur 7